Les fonds recueillis grâce à ses activités,
aux adhésions à l’association et aux dons annuels, sont réinvestis
dans la maintenance et la rénovation du monastère.

La fonction du monastère

Ce monastère est avant tout un lieu de pratique du bouddhisme tibétain. Il accueille aussi l’école traditionnelle de tangka. Au coeur d’un tout petit village à 20 km de Darjeeling, ce lieu est idéal pour les enseignements et la pratique. Quelques privilégiés y pratiquent la peinture sacrée avec diligence et dans le plus pur respect de la tradition. Des enfants de familles défavorisées y sont logés, nourris et reçoivent gratuitement une éducation laïque et religieuse, indispensable à leur développement personnel ainsi qu’à celui de la communauté.
L’association a également pour objectif le développement d’un programme de maintenance, de conservation, de restauration du fabuleux patrimoine artistique conservé en son sein.

Lama Tsondru Sangpo et Stéphane Martin

Les difficultés du monastère

Les premières difficultés consistent à régler mensuellement les factures de charges de fonctionnement : électricité, gaz, et la nourriture… Il faut aussi fournir un salaire correct aux personnes responsables des activités du monastère :

  • un cuisinier est embauché afin de procurer aux enfants un repas convenable,
  • un maitre d’école, le khenpo, dispense les enseignements puisque Lama Tsondru n’est pas au monastère,
  • un professeur de peinture prend en charge les cours et la production de tangkas nécessaires pour réunir une partie des fonds de subsistance. Il doit aussi recevoir de quoi assurer une vie décente à sa famille.

Enfin, le monastère doit demeurer en bon état malgré un climat rigoureux dans cette région (80% d’humidité dans l’air) qui oblige à des travaux constants. Sans compter les dégâts dus au tremblement de terre et aux inondations survenus ces dernières années.

Tous ces frais étaient jusqu’alors réglés grâce à la vente des tangkas, ainsi qu’à des dons privés.

Aujourd’hui, les ressources de Lama Tsondru Sangpo ne suffisent plus à pérenniser le monastère et nous, qui en partageons les bienfaits, nous sentons  redevables.

Ce monastère est un lieu de soutien pour de nombreux êtres. Avec le vôtre, nous pouvons faire en sorte, ensemble, que cette institution puisse continuer à vivre, tout simplement…